lundi 27 septembre 2010

Otavalo y Peguche




Buenos dias.
Une chose qui m'épate toujours à Otavalo et à Peguche c'est de voir les femmes en habit traditionnel.
Las indigenas en vestido tradicional vienen de aldeas circundantes a vender y comprar sus mercancias.
Cerca de Otavalo il y a une communidad indigena de 2000 habitants que j'aime beaucoup, Peguche. Il y a beaucoup à voir ici et j'ai la chance d'y connaître plusieurs personnes, de mes guides et artisans estudiantes de l'an passé et de cette année. La semaine dernière j'ai rejoint une de mes étudiantes, Monica, avec qui j'ai visité une petite fabrique artisanale, Huarmi Maqui (du quichua qui veut dire manos de mujer, mains de femme). Tout ici est fait à la main, cardage, tissage... La fondatrice de ce projet l'a fait pour aider des femmes (que des femmes ici) à se sortir de la misère. Ce sont des indigenas qui ont été violentées, abandonnées avec leurs enfants. Ça leur permet d'apprendre un travail artisanal et d'utiliser leur créativité pour survivre et même mieux vivre! Très belle initiative et que dire de l'accueil que j'ai eu!
Puis je suis allé avec elle chez sus padres et j'ai eu droit à un concert de musica de los Andes de sus hermanos!
Quel moment extraordinaire! Une heure de musica que pour moi!!!
La musica est très présente ici et à Cotacachi.
Cela fait partie des découvertes à faire dans un voyage hors des sentiers battus...
¡Hasta proxima!
Roberto.




Les 6 premières fotos sont de Peguche et la dernière de Cotacachi.



foto 1: cardando lana
foto 2: helando lana
foto 3: tejer hilo
foto 4: Monica
foto 5: la fundadora de Huarmi Maqui
foto 6: musica de Andes con los hermanos de Monica
foto 7: ¡Vive la musica!

NOTA: une curiosité en Ecuador: c'est un des rares pays au monde ou la population ne fume pas...
Quand on voit une cigarette il y a presque toujours un touriste au bout!











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire